Publié le 20/04/2017

Pourquoi le TATP est devenu l'explosif préféré des terroristes

Trois kilos de TATP ont été découverts mardi à Marseille lors de la perquisition de l'appartement de deux suspects. Du TATP ? Un acronyme qui désigne du peroxyde de triacétone. Il était « en train de sécher dans un placard sur trois étagères à trois stades d'élaboration différente, dont l'un était d'ores et déjà prêt à l'usage », a expliqué mardi soir le procureur de Paris François Molins. 
Pourquoi le TATP est devenu l'explosif préféré des terroristes

Cette poudre blanche au redoutable pouvoir détonant est devenue, parce qu'elle se fabrique avec des ingrédients du commerce, l'explosif de prédilection des djihadistes.

Découvert à la fin du XIXe siècle par un chimiste allemand, le TATP est un explosif artisanal obtenu en mélangeant, dans des proportions précises, de l'acétone, de l'eau oxygénée et un acide (sulfurique, chlorhydrique ou nitrique), produits que l'on achète sans problème en droguerie ou magasin de bricolage. On obtient alors une poudre constituée de cristaux blancs, ressemblant à un sucre grossier, qu'un détonateur simple suffit à faire exploser, dans une déflagration produisant un terrible dégagement de gaz brûlants.

Depuis des années, les groupes radicaux ont mis en ligne des manuels pratiques expliquant, photos, dessins ou films à l'appui, comment fabriquer « dans la cuisine de votre mère » ce qu'ils surnomment « la mère de Satan ». Ces dernières années, en Irak et en Syrie, les laboratoires, d'abord sommaires puis quasi industriels, de TATP et d'autres explosifs artisanaux se sont multipliés.

« Contrairement à ce qu'on dit parfois, regarder un tutoriel sur Internet ne suffit pas », a toutefois assuré à l'AFP Éric, un ancien officier français spécialiste des explosifs, qui a demandé à ne pas être identifié. « Il faut quand même que quelqu'un vous ait montré une fois. Mais des instructeurs, les gars de l'organisation État islamique n'en manquent pas, en Syrie et en Irak. Puis ça se diffuse de cours pratique en cours pratique. Quand on vous a montré, vous pouvez effectivement le faire dans votre cuisine. » La partie la plus délicate est l'ajout d'acide au mélange d'acétone et d'eau oxygénée, qui dégage de la chaleur, de fortes émanations et peut s'enflammer, mais un opérateur soigneux, protégé par un simple masque, peut y parvenir sans peine.

Dans l'appartement de Marseille, les enquêteurs ont également découvert des tenues de chimistes, des seringues, des doseurs, des bouteilles d'acétone et des bidons d'eau oxygénée. C'est de TATP qu'étaient constitués les gilets et les bombes que des djihadistes ont fait détonner dans l'aéroport et le métro de Bruxelles en mars 2016, faisant au moins 32 morts et 340 blessés, dont beaucoup atteints de graves brûlures.

« Le principal problème que nous pose le TATP », a confié à l'AFP un membre des services français antiterroristes, qui souhaite rester anonyme, « c'est la disponibilité des ingrédients. On peut surveiller les ventes d'eau oxygénée, d'ailleurs on le fait bien sûr, mais si les gars sont assez malins pour faire vingt pharmacies et acheter de petites quantités, ça passe. Pareil pour l'acétone et l'acide... »
 


AFP

Commentaires



blog comments powered by Disqus