Publié le 14/07/2017

s'inquiète de l'usage ''non nécessaire de la force létale'' en Tunisie

Dans un communiqué rendu public, Amnesty International a souligné son inquiétude par rapport un projet de loi examiné par une commission en vue d'un vote au Parlement tunisien
s'inquiète de l'usage ''non nécessaire de la force létale'' en Tunisie


L’ONG estime, dans son communiqué, que ce projet de loi qui garantit la protection des militaires, des forces de sécurité intérieure et de la douane contre les atteintes menaçant leur sécurité et leur vie « permettra, au nom de la protection des forces de sécurité, l'usage "non nécessaire de la force létale" par la police », rapporte l’AFP.

Heba Morayef, directrice de recherche d'Amnesty International en Afrique du Nord, a considéré ce projet de loi comme étant "une étape dangereuse vers l'institutionnalisation de l'impunité dans le secteur sécuritaire tunisien" en, ajoutant que « les abus commis au nom de la sécurité sont presque toujours impunis en Tunisie ».

« Depuis la révolution de 2011, la Tunisie est la cible d'attaques jihadistes, qui ont coûté la vie à plusieurs dizaines de militaires, policiers, gendarmes et touristes. Le pays est sous le régime de l'état d'urgence depuis novembre 2015, après un attentat sanglant ayant tué 12 agents de la sécurité présidentielle », lit-on dans l’article de l’AFP.
 

Commentaires



blog comments powered by Disqus