Publié le 12/11/2017

La proclamation d’« Allahou Akbar » face à « l’hymne de la Marseillaise » à Clichy

Les prières de rue enveniment le conflit entre des Élus et des musulmans de la ville. Le maire en appelle au ministre de l’Intérieur.
La proclamation d’« Allahou Akbar » face à « l’hymne de la Marseillaise » à Clichy

Une centaine d’élus en écharpe tricolore chantant la Marseillaise devant 200 musulmans qui suivent le prêche en arabe sur leurs tapis de prière. L’image a fait le tour des télévisions vendredi.

Mais loin de régler le problème, la démonstration de force des élus de la droite francilienne semble avoir encore plus crispé la situation à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

D’un côté, le maire (LR) Rémi Muzeau veut mettre fin aux prières de rue qui se tiennent depuis huit mois chaque vendredi midi à deux pas de l’hôtel de ville.

De l’autre, l’union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) réclame un lieu de culte après son expulsion en mars d’un bâtiment municipal rue Estienne-d’Orves dans lequel la municipalité est en train d’aménager une médiathèque.


Le Parisien

Commentaires



blog comments powered by Disqus